En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour plus d'informations, s'il vous plaît visitez notre .

Bien que vous nous ayez trouvé! Pour une présentation optimale de nos pages, nous vous recommandons d’utiliser la dernière version de Chrome, Firefox, Edge, Internet Explorer ou Safari.

Entretien avec M. Fox.

L’histoire de la fox est celle de l’entreprise Brunner. Car tout a commencé avec la fox. La recherche de l’utilité constitue la grande mission de Rolf Brunner – et c'est l’a toujours été.

Tout commença lors du rattachement des communes en Allemagne. Rolf Brunner se rappelle de façon très précise : « Une salle polyvalente était offerte à chaque commune. Et ces salles devaient être meublées. » Il s’est alors mis à cheminer de comité en comité et comprit alors de quels types de chaises on avait besoin dans ces salles, et ce qu’elles devaient pouvoir faire.

« Je me souviens de l’architecte Fetscher du lac de Constance. Un rebelle qui refusait de s’asseoir sur une chaise que l’on avait déjà vue dans 50 autres salles, » raconte Rolf Brunner, qui reçut alors un vague croquis. Ce dessin montrait une chaise dotée d’un support à sac à main : l’idée fondamentale de la fox.

Pour que les chaises s’empilent parfaitement, il conçut également une barre d’empilement pour couronner le tout. Mais la fox présente un avantage supplémentaire : la forme de piètement qui permet d’éviter de se pincer les doigts.

On ne peut pas réinventer l’assise mais son utilisation, oui.

Rolf Brunner

De nombreuses autres fonctions utiles se sont ajoutées au modèle fox au fil du temps. Mais cela ne lui a en rien fait perdre son design unique.

Rolf Brunner se souvient d’un autre événement déterminant dans le processus de développement de la fox : lors de l’installation du salon de Düsseldorf, nous avions besoin d’un système d’accrochage en rangées sur la chaise. À l’époque, cela était en réalité impensable sur un meuble si élégant. Mais, pour Rolf Brunner, ce problème n’était pas insoluble.

Le fabricant de meubles repartit alors chez lui et invita son frère pour le dîner. « J’ai dit : Mannes, tu as exactement une semaine pour créer un système d’accrochage en rangées invisible. » Aussitôt dit, aussitôt fait. « Mannes », qui s’appelle en réalité Manfred, est un ingénieur mécanique qualifié. À ce jour, c’est encore l’un des plus importants constructeurs du groupe Brunner. Dans son laboratoire d’idées, les idées de génie se succèdent : une tablette écritoire amovible pour l’université d’Arabie saoudite. Une chaise pour une église en Hollande avec porte-psautier intégré : ce que vous désirez, Mannes le fait. Ici, tout a un sens, une fonction, une utilité.  

 

Philipp, Rolf und Manfred "Mannes" Brunner.

On ne développe pas une bonne chaise sur le papier mais dans la pratique, à partir des besoins des personnes qui s’assoient dessus.

Rolf Brunner sur sa philosophie d'entreprise

Ce sont également Rolf et Manfred qui ont conçu la toute première fox, quasiment sans designer. 41 ans séparent la première fox de la plus récente. Ainsi que 16 formes de fox. « Même si, jusqu’à ce jour, la structure a quasiment gardé sa forme d’origine, » ajoute Rolf Brunner.

Il s’est lui-même déjà assis sur une fox au moins 10 000 fois quelque part dans le monde. On estime que 2,5 millions d’exemplaires de la chaise sont en circulation. Reste la question de savoir s’il a une chaise préférée parmi tous les modèles et toutes les variantes. Mais ce n’est pas le cas. Rolf Brunner n’a pas de fox préférée : « J’aime toutes les fox. Toutes. »